Contre les pharisiens et les légistes

Publié le par Cécile de Broissia

Luc 11, 37-54

Comme il parlait, un Pharisien l’invita à déjeuner chez lui. Il entra et se mit à table. Le Pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas d’abord fait une ablution avant le déjeuner.

Le Seigneur lui dit : « Maintenant vous, les Pharisiens, c’est l’extérieur de la coupe et du plat que vous purifiez, mais votre intérieur est rempli de rapacité et de méchanceté. Insensés ! Est-ce que celui qui a fait l’extérieur n’a pas fait aussi l’intérieur ? Donnez plutôt en aumône ce qui est dedans, et alors tout sera pur pour vous.

« Mais malheureux êtes-vous, Pharisiens, vous qui versez la dîme de la menthe, de la rue et de tout ce qui pousse dans le jardin, et qui laisse de côté la justice et l’amour de Dieu. C’est ceci qu’il fallait faire, sans négliger cela. Malheureux êtes-vous, Pharisiens, vous qui aimez le premier siège dans les synagogues et les salutations sur les places publiques. Malheureux, vous qui êtes comme ces tombes que rien ne signale et sur lesquelles on marche sans le savoir. »

Alors un des légistes dit à Jésus : « Maître, en parlant de la sorte, c’est nous que tu insultes. »

Il répondit : « Vous aussi, légistes, vous êtes malheureux, vous qui chargez les hommes de fardeaux accablants, et qui ne touchez pas vous-mêmes d’un seul de vos doigts à ces fardeaux. Malheureux, vous qui bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que ce sont vos pères qui les ont tués. Ainsi vous témoignez que vous êtes d’accord avec les actes de vos pères, puisque, eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux. C’est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; ils en tueront et persécuteront, et on demandera compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la fondation du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie qui a péri entre l’autel et le sanctuaire. Oui, je vous le déclare, il en sera demandé compte à cette génération. Malheureux êtes-vous, légistes, vous qui avez pris la clé de la connaissance : vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés. »

Quand il fut sorti de là, les scribes et les Parisiens se mirent à s’acharner contre lui et à lui arracher des réponses sur quantité de sujets, lui tendant des pièges pour s’emparer d’un de ses propos.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un pharisien invite Jésus dans sa maison. Je peux m’identifier au pharisien et inviter Jésus chez moi comme j’invite quelqu’un  et que j’ouvre mon cœur à accueillir la nouveauté qu’il m’apporte. Jésus entre chez moi et  se met à table pour déjeuner avec moi. Comment vais-je l’accueillir ? Le pharisien est étonné que Jésus n’ait pas fait son ablution avant le repas, ce que tout juif religieux doit faire. Je peux être dérangé par l’inattendu, l’imprévu d’une visite qui  ne correspond pas à mes attentes. Jésus  profite de l’étonnement du pharisien pour interpeller tout le groupe des pharisiens sur le sens de leurs rites de purification.  Ces rites extérieurs sont insensés   s’ils ne s’accompagnent pas d’une conversion intérieure. Ceci s’adresse aussi à nous et nous interpelle sur la sincérité de nos paroles, de nos pratiques religieuses. Le critère de leur authenticité est dans le don de nous-mêmes et une plus grande ouverture aux autres. Nous sommes tous un peu pharisiens, à la fois purs et impurs, à la fois intérieurs et extérieurs, avec la difficulté de nous unifier. Seul Jésus est parfaitement pur, unifié et donné aux autres et c’est en contemplant sa vie que  peu à peu nous nous transformons et devenons la personne que nous sommes appelés à être. C’est là le bonheur que Jésus veut pour nous et il nous en a montré le chemin par sa vie et l’enseignement des Béatitudes. Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu !

Il semble que les pharisiens font tout le contraire et Jésus s’en désole. Ils prennent un chemin qui les rend malheureux. Ils s’acquittent et respectent avec beaucoup de zèle et de sérieux les prescriptions de la loi. Ils veulent ainsi être purs et mériter l’amour de Dieu mais ils se trompent : Dieu donne son amour gratuitement à tous les hommes. Ils sont satisfaits  d’eux-mêmes et aiment recevoir la gloire et les honneurs mais Ils sont dans l’illusion  et montrent aux autres une belle image trompeuse. Nous n’aimons pas montrer nos faiblesses, nous les cachons de peur de ne pas être aimé. Heureux ceux qui sont en manque!

 Hélas ! Les légistes  prennent aussi un chemin de mort. C’est eux qui ont le pouvoir d’édicter les lois, mais ils ne les appliquent pas. Mieux vaut donner l’exemple nous-mêmes de ce que nous demandons aux autres. Leurs lois sont si nombreuses et compliquées qu’elles écrasent et excluent ceux qui ne peuvent pas les appliquer. Jésus prend  la défense des exclus : « Venez à moi, vous tous qui peinez  sous le  poids du fardeau, et moi, je vous procurerai  le repos;  prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger (mat 11, 28-30)». Saint Paul écrit  qu'il s'agit de porter avec le Christ les fardeaux les uns des autres «   Portez les fardeaux les uns des autres : ainsi vous accomplirez la loi du Christ.»( Ga 6,2) 

 Hélas ! Les légistes bâtissent des monuments extérieurs pour vénérer les prophètes mais ils font comme leurs ancêtres  qui les ont tués. Ils enferment leur parole de vie dans des tombeaux et en font une lettre morte. Jésus est la sagesse de Dieu qui nous apprend à être heureux. 

 Hélas ! Les légistes avaient pour mission de guider le peuple par leur savoir et leur connaissance. Mais ils ont pris la clé de la connaissance pour eux  sans l’intérioriser dans leur vie  et ils ont égaré le peuple en leur montrant une fausse image de Dieu.  Nous aussi sommes responsables de l’image de Dieu que nous présentons aux autres et du manque de cohérence de notre vie. L’important c’est de laisser Jésus entrer  et purifier notre vie.

 Jésus va se heurter à beaucoup de résistances car il s’attaque à tout un système religieux basé sur la séparation entre  le sacré et le profane, les purs et les impurs, et il va se faire le défenseur de tous les exclus. Il sera  persécuté et tué comme tous les prophètes. Pour nous aussi  ce n’est pas facile  de  suivre le chemin que le Christ nous montre : nous résistons, nous souffrons. L’important c’est de garder les yeux fixés sur Lui. Il nous accompagne sur notre chemin.

"Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux !" (Mt 5, 11-12)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article